Le diagnostic: Une étape déterminante

Alors que 220 000 nouveaux cas d’Alzheimer sont diagnostiqués chaque année en France, l’annonce faite au malade est en soi une étape déterminante, comme l’a rappelé la présidente de France-Alzheimer, Marie-Odile Desana, lors de la conférence Universciences, à Paris. Certains, définissent même cette première consultation comme un acte médical à part entière, qui requiert de grandes compétences professionnelles et humaines…

Or, parfois le principal concerné, il arrive que le malade lui-même soit absent de ce premier entretien, déplore Marie-Odile Desana, la présidente de France-Alzheimer. Ou alors, il doit affronter seul une telle annonce.

« Lors de l’annonce du diagnostic, il est important de faire face à trois: Le médecin, le malade et l’aidant. C’est toujours un choc traumatique et la présence des trois est nécessaire. Le malade doit être acteur des décisions à prendre. »

Ainsi plus le diagnostic est précoce, plus tôt il pourra être pleinement impliqué dans les démarches à effectuer, la mise en place du traitement, l’évolution de la maladie, les mesures de protection juridique qu’il souhaite prendre pour l’avenir, les modalités d’accueil dans un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) de son choix.

La plupart du temps, cette annonce est vécue de manière traumatisante, même si parfois elle fait suite à un long processus d’incertitude, d’examens médicaux en tous genres, pour aboutir enfin à un véritable diagnostic: « C’est alors presque un soulagement de pouvoir mettre des mots sur des maux qui n’ont que trop duré » souligne la présidente.

Commence alors pour le malade et la famille un plan d’aide et de soins, nécessitant un accompagnement et un suivi sérieux. Le neurologue ne suffit pas toujours, les associations d’aide aux malades d’Alzheimer jouent ici un rôle capital.

« Un malade Alzheimer, c’est toute une famille qui a besoin d’aide! »

Insiste Marie-Odile Desana. Pour ce faire, l’association a mis en place la formation gratuite spécial Aidant afin de mieux comprendre la maladie, le malade et l’attitude qu’il convient d’adopter aux différents stades de son évolution. Des groupes de paroles permettant d’évacuer les problèmes quotidiens, des haltes-relais où chacun peut se distraire, des séjours de vacances répit Alzheimer pour bénéficier d’un encadrement adéquat. Des psychologues sont présents pour aider à surmonter les crises.

Ainsi, un diagnostic précoce établi dans les meilleures conditions possibles, permettra de mieux appréhender la maladie. D’autant, que les thérapies médicamenteuses dont on dispose à l’heure actuelle, ne guérissent pas certes, mais réduisent souvent les symptômes de manière significative, et offrent au malade, au stade léger à modéré, un plus grand confort de vie.

Mots-clefs :

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer