Alzheimer: Un vaccin pour conserver sa mémoire ?

C’est en effet l’objet d’un immense espoir partagé par tous les chercheurs scientifiques internationaux mobilisés actuellement pour la lutte contre la maladie d’Alzheimer, comme viennent de le rappeler quelques spécialistes de la question réunis à la cité de la Santé à Paris, le temps d’une conférence.

Après les essais infructueux menés ces cinq dernières années pour tenter de trouver « la molécule » capable de traiter la maladie d’Alzheimer, et pouvoir à terme en guérir, les chercheurs du monde entier se concentrent sur la mise au point d’un vaccin.

Celui-ci devra prouver sa totale capacité à empêcher la formation du peptide amyloïde, responsable dans le cerveau des fameuses plaques à l’origine de la dégénérescence cérébrale. L’autre piste, étant de favoriser l’élimination de l’amyloïde avant qu’il ne se propage complétement à l’intérieur du cerveau.

Or les espoirs d’y parvenir sont grands. Car il existe une coopération scientifique au niveau mondial et les moyens sont conséquents. A la hauteur d’une maladie qui ne connait pas de frontières et pourrait toucher 100 millions de personnes à travers le monde d’ici 2040.

C’est effectivement ce qu’ont expliqué tour à tour, le professeur Philippe Amouyel, directeur de recherche à l’INSERM et de la fondation de coopération scientifique sur la maladie d’Alzheimer, et Luc Buée, également directeur de recherche à l’INSERM, après avoir longuement développé , lors de cette fort instructive conférence, tous les aspects de la maladie d’Alzheimer et son évolution actuelle.

Une centaine d’essais sont à présent en cours. Ce qui en dit long sur la mobilisation sans relâche des chercheurs, même si pour tout un chacun, les choses ne semblent pas aller encore assez vite.

Il faut savoir que chaque essai coûte entre 200 à 600 millions d’euros. Et, comme l’on peut s’en douter, le succès mais également le rendement deviendraient alors inestimables pour le laboratoire pharmaceutique capable de conclure positivement un tel essai. A souligner que dans cette recherche contre la maladie d’Alzheimer, il est avant tout question de « coopération » et non de « compétition ».

Pour l’heure, les chercheurs de l’INSERM ont mentionné les difficultés de passer de l’essai chez l’animal à l’essai chez l’homme. Tout en évoquant les nécessaires pistes d’étude, non seulement chez la souris, mais également chez le singe, lesquelles devront faire l’objet de nombreuses vérifications avant de pouvoir s’appliquer à l’homme.

Enfin, les deux hommes ont rendu hommage au travail considérable effectué par les bénévoles de l’association France-Alzheimer.

Sa présidente, Marie-Odile Desana, présente à la conférence d’universciences, a rappelé quant à elle, les formidables progrès engendrés par le Plan Alzheimer 2008-2012, et sa nécessité absolue de le poursuivre afin, bien évidemment, d’accélérer la recherche mais également de soutenir les malades, car « un malade Alzheimer, c’est toute une famille qui a besoin d’aide. »

Mots-clefs :

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer