Un malade Alzheimer sur deux toujours sans diagnostic

alter mannCes chiffres alarmants mettent l’accent sur l’importance du diagnostic précoce en ce qui concerne la maladie d’Alzheimer. Ils insistent sur l’importance de diagnostiquer tôt pour mieux traiter cette maladie. Parce que le processus est lent, mais irréversible, la maladie est présente plus de dix ans avant l’apparition des premiers symptômes. D’où l’importance d’un diagnostic précoce, pour une meilleure prise en charge.

Mais qui peut poser le diagnostic de la maladie d’Alzheimer ?

Le diagnostic est établi par le neurologue, le gériatre ou le psychiatre en binôme avec le médecin traitant. Il se déroule en plusieurs étapes:

L’entretien personnalisé avec le patient: Il s’agit d’évaluer les pertes de mémoire, les changements de comportement et l’impact de ces troubles sur le quotidien. Comment la personne parvient-elle à effectuer les gestes essentiels de la vie courante, sa capacité à utiliser les transports, le téléphone, à gérer son compte et ses factures…

La recherche d’éventuels antécédents familiaux de la maladie d’Alzheimer, de facteurs de risque cérébraux vasculaires, d’antécédents psychiatriques,traumatiques, de prise de médicament, d’alcool ou toxique, de syndromes confusionnels.

L’examen clinique approfondi: Il porte sur l’état général et cardio-vasculaire, la recherche de déficits sensoriels, visuels, auditifs, moteurs, et le degré de vigilance.

Les tests de mémoire afin d’évaluer précisément les facultés de la personne à se souvenir. Notamment être capable de retenir entre 3 et 5 mots consécutifs, 10 à 15 minutes après les avoir entendus. La capacité à se situer dans le temps (test de l’horloge) et dans l’espace.

Le mini mental state examination MMS demeure le test officiel de diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Il porte sur 30 questions et permet d’évaluer les capacités d’orientation, d’apprentissage, de transcription des informations, d’attention et de calcul, l’élocution et les troubles du langage, les capacités gestuelles et de coordination. Noté sur 30, on évoque en dessous de 24 un « état de conscience altéré » avec une orientation possible vers la démence. Le type de dé-mence peut être précisé. Ainsi, les troubles mnésiques orientent davantage sur le diagnostic de démence type Alzheimer, alors que les troubles de l’attention orientent sur le diagnostic d’une démence sous corticale, un syndrome frontal ou une démence vasculaire.

Des examens paracliniques sont alors pratiqués. Il s’agit d’analyses biologiques, de l’IRM et de l’électroencéphalogramme. A la suite de tous ces examens, le diagnostic Alzheimer peut alors être posé de manière fiable. Il doit faire l’objet, selon les recommandations de la HAS, d’une consultation longue et dédiée au patient, en respectant les règles de confidentialité et en s’adaptant à son rythme d’appropriation.

(Source : Le guide Comment vivre avec la maladie d’Alzheimer de Retraite Plus)

Mots-clefs : , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer