« Travailler sur la relation avec le malade Alzheimer »

Améliorer la qualité de vie d’une personne atteinte d’Alzheimer, c’est possible. Il suffit de cesser de la considérer comme une personne démente, mais comme un individu à part entière.

C’est ce qu’a constaté Pierre Missotten, chercheur en psychologie de la sénescence -du vieillissement- à l’Université de Liège, en Belgique. (Source Medipédia).

«Je pense qu’il faut travailler sur la relation. La personne démente a encore conscience de ce qui l’entoure. En ce sens, il s’avère essentiel de favoriser une meilleure connaissance de la maladie. Par ailleurs, il est primordial de replacer l’humain au centre de la relation: s’intéresser à la personne en tant que telle, valoriser ses capacités préservées… En bref, ne pas toujours regarder la personne démente à travers le prisme du déficit, mais plutôt comme un individu à part entière. Ce type d’approche est sans doute l’une des clés pour une meilleure qualité de vie dans le contexte de la maladie d’Alzheimer.»

Perçue comme une maladie qui fait peur, aux conséquences catastrophiques pour la personne et ses proches, la maladie d’Alzheimer doit impérativement changer d’image.

Et avant tout, pour le bien des malades. Ainsi, le chercheur se garde de toute généralisation et s’attache à l’importance des sentiments et des relations humaines, toujours bénéfiques même à un stade avancé de la maladie. En somme, arrêtons de diaboliser et d’aggraver les choses...

« Le fait pour une personne de ne pas reconnaître son conjoint ou ses enfants, par exemple. De telles situations existent, bien entendu. Mais il ne s’agit pas de la majorité des cas. Certaines personnes s’imaginent aussi que la personne démente n’éprouve plus de plaisir, de sentiments ou qu’elle ne peut pas continuer à «bien vivre». De telles idées doivent être relativisées. D’autant qu’elles peuvent avoir une influence négative sur la manière d’interagir avec la personne démente.»

Ainsi, Pierre Missotten relativise la dégradation de la qualité de vie des malades Alzheimer. Selon, lui, la majorité d’entre eux parviennent à conserver une qualité de vie satisfaisante:

« Cela s’explique notamment par le fait que ces personnes développent en général des stratégies pour contourner leurs difficultés et s’adapter.»

Toujours cette formidable capacité d’adaptation de l’homme, gage de sa survie...

Mots-clefs :

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer