Maison de retraite: l’accueil de jour Alzheimer devient indispensable

Cahors. Alzheimer : l’accueil de jour se précise


Le nom de Maria-Bugiera avait été avancé il y a déjà 6 ans pour accueillir cette unité, il en serait encore question aujourd’hui. ./Photo DDM archives.

La question d’un accueil de jour pour les malades d’Alzheimer n’est pas nouvelle. Il y a six ans il en avait été question. Mais cette fois, le maire veut avancer sur le dossier.

Dans la foule réunie au foyer Valentré, lundi soir, à l’occasion des vœux du maire de Cahors, un homme n’a pas perdu une miette du discours. Claude Pegues, le président de France Alzheimer 46, cité d’ailleurs dans l’intervention, espérait que la bonne nouvelle soit dévoilée ce soir-là. Ce fut le cas. Le maire annonçait qu’un accueil de jour pour les malades d’Alzheimer allait être créé «sans tarder». « ça bouge, je veux croire que le projet ira à son terme » commente le président de l’association.
Il n’existe que deux accueils de jour pour ces malades dans le Lot et encore sont-ils aux extrémités du département, le chef-lieu, lui en reste privé. « Il y a six ans lorsque je suis devenu président de France Alzheimer, il y a bien eu le projet parrainé par la Mutualité Française d’une unité à l’ancienne maison de retraite Maria Bugiera. Tout est tombé à l’eau, le maire de l’époque, Marc Lecuru n’y était pas favorable ».
Cette fois, Claude Pegues se montre confiant : « Depuis trois mois nous avons eu plusieurs réunions en mairie, la dernière en date s’est déroulée en décembre, les docteurs Véronique Kostek, chef du service Alzheimer à l’hôpital de Cahors e t Jean-Jacques Ausseill géronto-psychiatre à Leyme y participaient ».
L’officialisation de l’autre soir constitue une étape de plus. La prochaine sera de savoir où cet accueil pourra s’implanter. Dans ce cadre, l’hypothèse Maria-Bugiera revient sur le devant de la scène, même s’il était question que l’ancienne EHPAD soit vendue.
De toute façon, le local devra respecter des normes fixées par l’Agence Régionale de Santé. L’ARS impose pour ces accueils de jour de malades d’Alzheimer, un minimum de 6 places et une limite maximale à 15. La structure qui ouvrira à Cahors sera calibrée pour recevoir 8 à 10 malades avec tout un personnel pour les entourer.
« Les familles n’entendent que ça » affirme le président de l’association qui décrit le quotidien douloureux et harassant physiquement et moralement de ces proches pris 24 heures sur 24 par la surveillance de malades imprévisibles. « Pour ces familles, l’accueil de jour, leur permettrait de souffler, d’être soulagé ne serait-ce que quelques heures dans la journée ».
France Alzheimer 46 plaide pour cet accueil de jour depuis six ans. Cette fois, l’association a été entendue. «Ce dossier me tient à cœur» disait l’autre soir le maire de Cahors.

Deux structures à Glanes et Figeac
Aujourd’hui, deux accueils de jour pour les malades d’Alzheimer fonctionnent dans le département. L’un basé à Glanes, est géré par l’ADMR, celui de Figeac est piloté par l’ADAR. Les familles qui avaient un problème de transport comme c’est souvent le cas en milieu rural ont pu le résoudre grâce à un minibus. Les familles peuvent amener leurs malades, la journée ou la demi-journée, il y a du personnel d’encadrement ainsi qu’une surveillance médicale pour s’occuper d’eux. Ces accueils sont sous la tutelle de l’institut Camille-Miret.

Source: La Dépêche

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer