Le guide du décès en ligne

Approcher la mort est toujours très délicat, peu importe l’âge de la personne, le contexte dans lequel le décès se fait. Une perte reste une perte. C’est à ce moment précis de la « vie » que nous prenons conscience de la véritable valeur du proche qui s’en est allé pour toujours. La mort est toujours accompagnée de regrets, de remords, d’un sentiment de culpabilité.

Que la personne était hébergée en maison de retraite ou qu’elle était maintenue à son domicile jusqu’à son dernier souffle, les enfants et les proches en général éprouvent toujours le sentiment qu’ils auront pu faire mieux pour rendre la vie de cette pauvre personne meilleure.

Lorsque nos aînés vieillissent, qu’ils perdent de l’autonomie, qu’ils deviennent de plus en plus dépendants dans les gestes de la vie courante, difficiles à vivre et à supporter, la famille et l’entourage commence à ressentir un sentiment d’oppression qui leur rappelle de façon cruelle le concept de mortalité et que chaque instant vécu avec cette personne, sera probablement le dernier.

C’est une des raisons qui expliquent le nombre croissant d’aidants naturels. Ce sont les enfants de la personne âgée qui ne souhaitent pas voir leur parent passer ses derniers jours accompagnés d’inconnus dans une maison de retraite impersonnelle. Ils désirent être là, leur tenir la main pour les accompagner lors de la traversée de ce long couloir qui mène à l’ultime destination, lors de leur dernier voyage.

La mort est dure à accepter car elle tire un trait sur une personne, sur tous les souvenirs que nous avons avec elle. La mort rend triste les éléments qui nous rendaient tellement heureux avant la disparition de cet ami, ce conjoint, ce parent… Une chanson sur laquelle on aimait danser, un endroit où l’on aimait se promener, un magasin, un livre, tout peut devenir insoutenable lorsque la douleur et l’incompréhension s’en mêlent.

L’aidant naturel fait de nombreux sacrifices afin de jouer son rôle d’accompagnateur à temps plein, mais parfois c’est un mauvais calcul basé sur de mauvais raisons. Si l’enfant pense que son père sera malheureux avec un étranger, il se trompe forcément car un enfant se sent davantage impliqué dans la dégradation de la santé de son parent et cette lourde charge émotionnelle fausse le jugement, les actions et le discours porté envers le malade.

Lorsque la personne âgée souffre, en plus du lot quotidien de tous les seniors, d’une pathologie lourde handicapante, telle que la maladie d’Alzheimer ou autres troubles apparentés, les liens sont encore plus tendus, car la fille prend à coeur chaque décision de sa mère, bonne ou mauvaise soit-elle et n’a pas toujours les mots qu’il faut pour la convaincre ou la persuader du contraire. De plus la personne âgée se braque davantage avec sa propre fille car elle utilise le chantage émotionnel et connait exactement les points faibles et pistes glissantes sur lesquelles il ne faut pas se hasarder avec elle. Qu’est ce qu’un enfant peut répondre à « tu sais bien que je ne mange plus ce plat depuis le décès de ta mère, il n’y a qu’elle qui savait le cuisiner à mon goût » ?

Ainsi, l’aidant naturel préfère s’infliger des contraintes telles que le réaménagement de sa maison ou la réorganisation de son emploi du temps pour passer plus de temps avec son parent, qu’il apprécie ou non ces efforts.

Le décès d’un proche étant suffisamment éprouvant comme cela, La Direction Générale de la Modernisation de l’Etat (DGME) a réfléchi à un système afin de faciliter l’accomplissement des formalités lié au décès d’un proche.

C’est ainsi qu’ils ont mis en place le guide interactif du décès afin de simplifier les liens entre les usagers et les démarches administratives.

Ce guide, publié sur ce lien http://guide-du-deces.modernisation.gouv.fr, permet de connaître exactement les formalités à remplir ainsi que leur ordre de priorité. Numéro un, organiser les obsèques, puis régler les assurances, le logement, la voiture, le travail, les droits de succession et d’héritage, les placements…

Mais la DGME ne compte pas s’arrêter en si bon chemin, et propose la mise en place très prochaine de la déclaration en ligne du décès d’un proche. Cette idée est née du fait d’alléger la souffrance des endeuillés en leur évitant de se déplacer dans des bureaux et en subir les désagréments liés aux paperasseries administratives, horaires de bureaux, papiers manquants…

Un commentaire sur “Le guide du décès en ligne”

  1. Marie DGME dit :

    Pour en savoir plus sur le Guide Décès, vous pouvez également consulter http://cequecachangepourvous.modernisation.gouv.fr/guide-du-deces.htm

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer