L’amour plus fort qu’Alzheimer: le combat de Claudette pour Claude…

Bande-annonce du documentaire

L’histoire se passe au Québec, mais elle nous concerne tous. La maladie ne connait bien évidemment pas de frontières, tout comme l’amour. Claude et Claudette sont un couple canadien frappé par la maladie d’Alzheimer. Lentement mais sûrement, elle s’est immiscée dans leur vie de couple heureux et soudé. Très soudé. Une chance, pour affronter un quotidien devenu difficile, et de longues nuits blanches…

« Je n’ai pas dormi pendant un an. Claude se levait et voulait partir chez lui… »

Coquette, discrète, Claudette est avant tout une épouse aimante et attentionnée. Venue témoigner cette semaine sur le plateau télévisée de RDI, lors d’une émission entièrement consacrée à la maladie d’Alzheimer, elle confie ses quatre années passées auprès de son époux, en tant qu’aidante 24 heures sur 24. Jusqu’à l’épuisement.

Aujourd’hui Claude vit dans un établissement spécialisé. Une décision déchirante, prise au terme d’un accompagnement très investi, vécue comme l’ultime étape.

« On a tellement besoin d’être aidé pour pouvoir garder un proche à domicile…Je ne dormais plus la nuit. Pendant un an, Claude se levait et voulait partir, aller « chez lui »…Je voudrais tellement savoir ce qui se passe dans sa tête…Un jour, alors que je me tenais à côté de lui, il a demandé où j’étais, et s’est exclamé: Ce n’est pas la Claudette que je connais…Je lui ai donc montré des photos anciennes de moi…C’est mon mari, et malgré la maladie, il reste l’amour de ma vie. »

Claudette lui rend visite quasiment tous les jours, le temps d’un tête à tête affectueux. Claude parle de moins en moins, mais sourit et réagit toujours favorablement à sa présence.

« Le plus dur au début, c’est de se retrouver seule à la maison. Avant, il était absent uniquement mentalement…C’est tellement triste…Heureusement, j’ai trouvé énormément de soutien à travers la Société Alzheimer. C’est comme une vitamine que je vais chercher chaque mois. Il faut dire aux gens qui vivent la même situation de ne pas rester seul, d’aller à la rencontre d’autres personnes à travers ces associations. C’est du répit, du soutien, c’est merveilleux. Ça m’a sauvé la vie. »

La maladie d’Alzheimer fait effectivement toujours deux victimes au sein d’un couple, confirme le médecin-spécialiste sur le plateau de RDI. L’aidant peut, lui, être sauvé.

Mots-clefs : , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer