La prière réduit de moitié le risque de survenue de la maladie d’Alzheimer !

Telle est la conclusion d’une étude menée conjointement en Israël et aux États-Unis, et qui ne surprendra pas les croyants, de toutes confessions confondues, pour qui la prière est toujours utile et salvatrice.

Or, dans cette recherche financée par l’Institut National de la santé américain: « La prière est une coutume qui nécessite un investissement de la pensée, c’est sans doute l’activité intellectuelle liée à la prière qui pourrait constituer un facteur de protection ralentissant le développement de la maladie d’Alzheimer», explique le Pr Rivka Inzelberg, de la faculté de médecine de Tel-Aviv, qui a supervisé l’étude.

Portant sur un échantillon de 892 Arabes israéliens âgés de plus de 65 ans -on se demande d’ailleurs pourquoi l’échantillon n’a pas été élargi à l’ensemble des croyants, si nombreux et variés à Jérusalem, la ville trois fois sainte ! cette étude a donc été présentée récemment lors d’un colloque sur la maladie d’Alzheimer en Israël.

Ainsi, le Pr Rivka Inzelberg, a précisé au quotidien israélien Haaretz «que, dans l’échantillon choisi, 60 % des femmes priaient cinq fois par jour, comme le veut la coutume musulmane, tandis que 40 % ne priaient que de façon irrégulière. Nous avons constaté, dix ans après le début de l’étude, que les femmes pratiquantes du premier groupe (celles qui priaient cinq fois par jour) avaient 50 % de chances de moins de développer des problèmes de mémoire ou la maladie d’Alzheimer que les femmes du deuxième groupe».

La prière, selon l’étude, aurait une influence deux fois plus importante que l’éducation pour protéger les femmes contre cette dégénérescence cérébrale.

Comme pour l’ensemble des études menées, cette enquête a également permis de confirmer que la probabilité de souffrir de la maladie d’Alzheimer est deux fois plus importante chez les femmes que chez les hommes.

Parmi les autres facteurs reconnus et établis de risque de présenter une démence de type Alzheimer, les chercheurs ont à nouveau cité dans leur étude:

  • L’hypertension, le diabète, l’excès de graisses dans le sang et plus globalement les antécédents de maladies cardio-vasculaires.

Enfin, ces conclusions ne sont pas les premières à établir un lien entre les pratiques spirituelles et notre santé. En 2005, des recherches effectuées en Israël avaient déjà permis de constater que les activités spirituelles ont tendance à ralentir le processus de dépendance provoqué par la maladie d’Alzheimer.

Les vertus de la prière et de….la cannelle

Par ailleurs, le Pr Michael Ovadia, de l’université de Tel-Aviv, a réussi récemment à isoler une substance extraite de la cannelle qui freinerait le développement de la maladie d’Alzheimer. «L’avantage évident est que la cannelle n’est pas un médicament, mais un produit naturel n’ayant aucun effet secondaire», a affirmé le Pr Ovadia. Pour l’heure néanmoins, seules des expérimentations ont été entreprises sur des souris.

En Israël, 70.000 personnes souffrent de la maladie d’Alzheimer, et plus de 36 millions à travers le monde, selon les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé.

En France, la maladie touche 850.000 personnes. Des pistes de recherche sont très prometteuses, même si aucun traitement curatif n’existe à ce jour. Les traitements médicamenteux permettent d’atténuer les symptômes et de retarder l »évolution de la maladie.

Partout, les mesures de prévention basées sur la stimulation à travers la pratique d’activités intellectuelles, sur le lien social et l’exercice physique sont encouragées.

Prier, une activité à la portée de tous, fait désormais partie de la liste

Sources: Israël ValleyPlus et Le Figaro

Mots-clefs :

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer