Et si on pouvait détecter Alzheimer grâce à une prise de sang?

Alzheimer prise de sangCe n’est pas une utopie mais bien un projet en voie de réalisation à Toulouse par le professeur Bruno Vellas et son équipe. En effet, ceux-ci préparent une étude destinée à rendre ce projet possible : Parvenir à détecter le risque de maladie grâce à une simple prise de sang.

Le but : Diagnostiquer la maladie au plus tôt 

Effectivement, puisque les chercheurs savent aujourd’hui comment ralentir les effets de la maladie, il est crucial pour eux de la détecter lorsqu’elle en est encore à un stade précoce. Jusqu’à présent, le diagnostic de la maladie d’Alzheimer est établi par le neurologue, le gériatre ou le psychiatre, en binôme avec le médecin traitant. Il est plutôt long et surtout il se déroule en plusieurs étapes. Le processus commence par un entretien personnalisé avec le patient afin d’évaluer les pertes de mémoire, les changements de comportement et l’impact de ces troubles sur son quotidien. Ensuite le médecin fait une recherche de facteurs de risques permettant de supposer qu’il s’agit bien de la maladie d’Alzheimer. S’ensuit un examen physique approfondi destiné à repérer d’éventuelles déficiences sensorielles ainsi que divers tests de mémoire. Et ce n’est qu’après tout ce processus qu’il est finalement possible de faire un vrai diagnostic.

Comment est posé aujourd’hui le diagnostic Alzheimer?

Le Mini Mental State Examination (MMS) est aujourd’hui le test officiel permettant le diagnostic de la maladie d’Alzheimer. Il comporte une trentaine de questions ayant pour but d’évaluer les capacités d’orientation, d’apprentissage, de transcription des informations, d’attention et de calcul, l’élocution et les troubles du langage, les capacités gestuelles et de coordination. Noté sur 30, on évoque en dessous de 24 un «état de conscience altéré» avec une orientation possible vers la démence. Selon les résultats de ce test, on peut éventuellement préciser le type de démence. Par exemple, on sait que les troubles mnésiques orientent davantage sur le diagnostic de démence type Alzheimer, alors que les troubles de l’attention orientent sur le diagnostic d’une démence sous corticale, un syndrome frontal ou une démence vasculaire. Toutefois, après avoir interprété les résultats de ce test, il faut encore pratiquer  des examens paracliniques. Il s’agit plus précisément d’analyses biologiques, de l’IRM et de l’électroencéphalogramme. Ce n’est qu’à la fin de tous ces examens, que le diagnostic Alzheimer peut aujourd’hui être posé de manière fiable.

La prise de sang : un test beaucoup plus rapide

Le but de ces recherches est donc de simplifier les étapes du diagnostic jusqu’à les ramener à une seule : la prise de sang. Et c’est là dessus que travaillent les chercheurs de l’équipe de Bruno Vellas, responsable du Gérontopôle à Toulouse. Selon lui, « À l’avenir, une simple prise de sang permettrait de détecter des patients à risque. Ce dépistage pourrait intervenir sur des personnes âgées de 40 à 70 ans ». Le fonctionnement de ce test est plutôt simple. En effet, la prise de sang permet de mesurer  le marqueur amyloïde qui va s’accumuler dans le cerveau et entraîner une dégénérescence progressive des neurones. Des essais sont actuellement en cours.

Mots-clefs : , , , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer