Détecter la maladie de façon précoce grâce à la signature biologique

La maladie d’Alzheimer est celle qui mobilise le plus les investissements de temps et d’argent, qui anime le plus les recherches scientifiques, celle dont on parle le plus dans les médias, celle qui soulève le plus d’incertitudes et qui provoque le plus d’actions en sa faveur.

Néanmoins, ce n’est pas suffisant. En effet, malgré tous ces efforts et énergies mobilisées, la maladie d’Alzheimer ne détient toujours pas de soins ou traitements efficaces, que ce soit sur le plan préventif ou curatif.

Une des principales raisons est que le diagnostic de la maladie ne se fait que tardivement. Effectivement, les médecins ne déclarent Alzheimer avec certitude qu’après la mort du patient, mais de son vivant ils le supposent à un stade avancé mais ne l’affirment jamais vraiment. Lorsqu’une personne âgée présente des troubles de la mémoire, accompagnés de troubles du comportement, les médecins procèdent à des examens neurologiques, qui pourront émettre l’hypothèse de la maladie d’Alzheimer selon les résultats.

Et ainsi il est davantage difficile de combattre ou soigner une maladie lorsqu’on n’est pas sûr de son existence.

Mais cela devrait bientôt changer. En effet, toutes ces années d’études et de recherches à travers le monde, ont contribué à établir une base de données qui fait ressortir des marqueurs biologiques facilement identifiables chez le malade Alzheimer peu importe le stade de la maladie.

Ces biomarqueurs sont les suivants : la modification d’une certaine partie du cerveau, que l’on peut remarquer par simple IRM, une anomalie dans le liquide céphalo-rachidien, que l’on peut analyser par ponction lombaire, et enfin une transformation du métabolisme de certaines parties du cerveau, que l’on peut remarquer par imagerie fonctionnelle.

Ainsi, si un patient présente un des « symptômes » énoncés, le médecin pourra procéder aux examens complémentaires et le cas échéant, donner un diagnostic clair et précoce.

La combinaison de ces éléments biologiques, permettrait de dire sans équivoque que la personne souffre de la maladie d’Alzheimer, même si son comportement ne présente pas encore tous les symptômes liés à cette pathologie. Ainsi, il sera plus facile de combattre la maladie et de la vaincre.

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer