Comment l’aromathérapie peut-elle aider les patients Alzheimer à stimuler leur mémoire sensorielle ? Première partie

Spécialisé depuis plus de 35 ans dans le domaine de l’aromathérapie médicale et scientifique, auteur de plusieurs ouvrages en anglais et en français sur les nombreux bienfaits des huiles essentielles dans le traitement de différentes maladies, le Dr Daniel Pénoël nous explique ici l’importance de l’aromathérapie olfactive chez le patient Alzheimer.

Il s’agit là, non pas bien évidemment de guérir d’une maladie neurodégénérative jusqu’à présent jugée, hélas, incurable malgré des pistes de recherche prometteuses, mais de stimuler la mémoire sensorielle et olfactive du patient Alzheimer.

Parce que les odeurs sont capables de transporter tout un chacun dans le temps et dans l’espace, véritable bain de souvenirs et d’émotions, l’aromathérapie constitue, de ce fait, un formidable moyen d’accompagnement pour l’aidant au jour le jour.

Voici, en première partie les explications du Dr Pénoël quant aux principes de l’aromathérapie et son impact sur le malade Alzheimer.

Quelles sont les fonctions de l’aromathérapie ? De quoi s’agit-il ?

Il existe différentes raisons d’avoir recours à l’aromathérapie : La fonction curative, préventive, palliative, évolutive et d’accompagnement.

Concernant la maladie d’Alzheimer, l’aromathérapie s’utilisera dans le cadre de l’accompagnement et du confort.

En effet, l’Aromathérapie recouvre différentes réalités. En France, il existe l’aromathérapie médicale ou scientifique. En Angleterre, « l’aromathérapie massage » sera plus utilisée . Quant à l’ Allemagne, l’aromathérapie olfactive , via le parfum (« Duftkultur ») sera prédominante.

En général, le terme aromathérapie, en France, est réservé aux médecins aromathérapeutes.

Lorsque l’on n’est pas médecin, on emploie plus souvent le terme « aromatologie » ou si l’on utilise les huiles essentielles par l’olfaction et la psychologie des émotions, le terme « aromacologie » sera davantage employé.

La particularité de l’odorat : Un sens en lien avec la survie

La particularité de l’odorat est qu’il court-circuite la partie corticale du cerveau et va donc toucher la sphère émotionnelle du cerveau appelé rhinencéphale ou plus récemment le cerveau limbique.

Les influx nerveux arrivent sur une zone émotionnelle : il s’agit d’un aspect affectif et d’un aspect mnésique -en lien avec la mémoire, c’est le rôle de l’hippocampe.

L’olfaction est tellement importante pour notre vie et notre survie qu’elle occupe au niveau de notre génome une place pratiquement équivalente à la place occupée par notre système immunitaire.

L’homme possède une double mémoire : une mémoire olfactive et une mémoire immunitaire qui sont essentielles pour la survie.

Lorsqu’une nourriture n’est pas fraiche notre premier sens à nous alerter du danger potentiel sera notre olfaction.

Dans notre civilisation, le sens olfactif est souvent relié à l’idée d’agrément et de plaisir ; cependant il s’agit là d’un sens de protection et d’alarme, qui sert d’abord à nous protéger au même titre que notre système immunitaire.

La sensorialité olfactive : Un atout précieux de stimulation

Dans la maladie d’Alzheimer, la mémoire proximale se trouve atteinte. La sensorialité olfactive représente un atout précieux de stimulation à la fois par rapport au vécu, à l’olfaction de la personne, à son histoire, à son passé, il s’agit d’individualiser l’odeur.

Il s’agit aussi de la possibilité de stimuler un nouvel aspect olfactif, temporel cette fois :

Du passé vers le présent et le futur.

A suivre : Nous verrons demain précisément de quelle façon l’aromathérapie peut aider à stimuler la mémoire sensorielle des malades Alzheimer.

Pour en savoir plus sur les ouvrages écrits par le Docteur Pénoël ou sur les bienfaits des huiles essentielles : www.ecolepenoel.com ou www.osmobiose.com

Mots-clefs : , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer