Claude et la maladie d’Alzheimer, témoignage

Voyons le cas de Claude, 79 ans et depuis deux ans en traitement contre la maladie d’Alzheimer: « Tout a commencé par un accident vasculaire cérébral survenu lors d’une soirée, et puis un immense trou noir, impossible de me souvenir de cette soirée à laquelle mon épouse me soutenait avoir été la veille. Jusqu’à présent je suis incapable de m’en rappeler … C’est à partir de là que nous avons consulté un neurologue. J’ai effectué tous les tests et analyses ainsi qu’un IRM puis… le diagnostic est tombé : Début d’Alzheimer! « 
Cela a d’abord été pour moi et toute la famille un grand choc. D’autant que j’ai toujours été très actif, travaillant depuis l’âge de 14 ans jusqu’à 77 ans ! Je suis d’ailleurs persuadé que c’est le fait d’avoir arrêté de travailler qui a entraîné cette maladie… Cela a été pour moi une trop grande coupure avec le monde extérieur. En tant que commerçant puis animateur, j’ai toujours aimé le contact avec les autres. Je pouvais discuter pendant des heures avec les clients, j’aimais vendre, plaisanter, et puis d’un coup plus rien…Enfin, soupire Claude,  j’ai commencé aussitôt le traitement, un comprimé par jour et une visite tous les trois mois chez le neurologue. Mon état est stable. Ce médicament me convient bien.

Mes plus gros problèmes ? Me souvenir des dates d’anniversaire de mes enfants et petits-enfants….

Il m’arrive de confondre puis d’oublier leurs prénoms…J’ai eu aussi beaucoup de soucis avec ma carte bancaire, à cause du code, et il m’arrive souvent de perdre mes clés, mes lunettes, de ne plus savoir où j’ai garé ma voiture sur le parking du supermarché et de la chercher pendant des heures, de répéter plusieurs fois les mêmes histoires, selon mes proches et, parait-il, de laisser systématiquement les lumières allumées, le réfrigérateur ouvert, d’après mon épouse, mais je ne me sens pas malade. Je m’efforce d’avoir des activités, de marcher tous les jours au parc, de faire les courses et ainsi pouvoir parler avec les clients et les commerçants. C’est toute ma vie… Je me suis rendu une seule fois à un atelier mémoire, mais cela ne m’a pas convenu. Je crois que je n’en ai pas besoin pour l’instant ou alors le contact avec des personnes plus atteintes me dérange… J’aime rigoler, chaque fois que je vais chez le neurologue, il me dit en partant avant d’avoir payé : « Vous n’oubliez rien? » et je lui réponds aussitôt, ah ce doit être à cause de ma maladie d’Alzheimer… »

Où héberger un malade Alzheimer ?

Parce que la maladie d’Alzheimer est évolutive, elle nécessite une prise en charge spécifique et adaptée à chaque stade de la maladie. Hélas, arrivé au stade critique le placement en maison de retraite spécialisée Alzheimer s’impose souvent aux familles comme l’ultime solution. Néanmoins, il doit être progressif afin d’optimiser les chances d’une bonne intégration en EHPAD Alzheimer.

Mots-clefs : , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer