Calmer un patient Alzheimer sans avoir recours aux médicaments

Une personne âgée atteinte de la maladie d’Alzheimer, perd ses moyens. Elle ne sait pas comment réagir lorsqu’elle se voit devenir dépendante et perdre la tête.

Elle n’arrive plus à gérer ses émotions, ne reconnaît pas ses proches, perd ses repères spatio-temporels, tout devient inconnu, toute personne proche devient un parfait étranger. Le patient Alzheimer se sent très seul et isolé. Sa réaction première, c’est de faire sortir ce trop plein d’angoisse, par un comportement agressif, c’est un moyen de se protéger.

Ces personnes, en adoptant un tel comportement, véhiculent le message « éloignez-vous, je veux être seule », mais bien au contraire, c’est là où elles ont le plus besoin d’aide, de soutien et de tendresse.

Le patient Alzheimer s’énerve très facilement, s’emporte sur des détails la plupart du temps, insignifiants, mais il faut à tout prix garder son calme, ne pas dire des choses qu’on regretterait quelque temps après, ou éprouver son proche.

Le malade qui souffre de cette pathologie perd ses fonctions cognitives, intellectuelles petit à petit, mais une chose est sûre, il continue de percevoir les émotions, un climat tendu qui se fait sentir, un ton de voix changeant.

Cette situation au quotidien, peut être difficile et pénible à gérer. En effet, cohabiter avec une personne malade qui refuse de s’alimenter, de faire sa toilette… peut devenir un véritable cauchemar à la longue, mais il faut se retenir de toute mauvaise réaction, réflexion, qui engendrerait un braquage de la part de la personne âgée, qui n’accepte pas bien son nouvel état, où son propre enfant lui dicte sa conduite, comme il le faisait avec lui, quelques années auparavant.

C’est ainsi que les personnes aidant ces patients, ont tendance à avoir recours aux neuroleptiques assez fréquemment. Ces médicaments peuvent être utilisés sur une courte période, en cas d’usure des proches, mais sûrement pas pour un traitement de fond pour une durée illimitée.

La solution la plus efficace et préférable à la maladie d’Alzheimer est de s’aérer avec le patient le plus souvent possible. En effet, nous n’imaginons pas combien de bienfaits peuvent être apportés par une longue promenade. La personne retrouve une sérénité et un bien être, tout en s’oxygénant.

Après cette marche, la personne ressent une fatigue saine, un état d’esprit apaisé et peut retrouver des phases de sommeil plus régulières et moins agitées.

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer