Boire de l’alcool double le risque d’Alzheimer

alcool alzheimerSelon une récente étude menée par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) en collaboration avec des chercheurs canadiens, l’alcool ne provoque pas seulement des cirrhoses du foie, des maladies cardiovasculaires ou des cancers mais également des maladies comme Alzheimer ou la démence sénile.

Attention à la consommation excessive d’alcool!

Bien sûr, on ne parle pas ici de boire un petit verre de vin au dîner mais bien d’une consommation excessive comme six verres ou plus par jour pour un homme et quatre pour une femme. Dans ce cas là, l’étude dévoile que le risque d’avoir plus tard une démence sénile, est multiplié par trois.  Les démences causées par l’excès d’alcool sont malheureusement nombreuses. On compte le syndrome de korsakoff, les démences vasculaires et surtout les démences neurodégénératives comme la maladie d’Alzheimer. Pour cette dernière, le risque est doublé pour les personnes ayant eu une consommation excessive d’alcool durant leur vie.

L’alcool devance le tabagisme pour les risques d’avoir Alzheimer

Effectivement, les conclusions de cette étude ont montré que, comparé aux autres facteurs de risques, « l’alcool pourrait être considéré comme le plus important devant le tabagisme ou l’hypertension artérielle. Nous pensons que l’alcool pourrait précipiter la survenue de ces maladies et accélérer leur progression en augmentant les dommages structurels et fonctionnels dans le cerveau ». C’est en tous cas ce qu’a déclaré Carole Dufouil, directrice de recherche à l’Inserm. L’alcool est donc, encore une fois, pointé du doigt en ce qui concerne les problèmes de santé! Le message doit passer auprès des français afin de limiter les risques d’avoir ces maladies au grand-âge.

Les tranquillisants : aussi un facteur de risque pour Alzheimer

Selon Bernard Bégaud Professeur de pharmacologie à l’université de Bordeaux et directeur d’unité à l’Inserm : «Il y a 50% de risque de plus de présenter la maladie d’Alzheimer dans le groupe des consommateurs de tranquillisants. Ces 50% de risque en plus correspondraient alors, dans un pays comme la France, à plusieurs milliers de cas supplémentaires de maladie d’Alzheimer par an. Dès qu’il y a suspicion, il y a un devoir de limiter les nombreuses prescriptions inutiles. Le traitement ne doit pas excéder 12 semaines. ». Une autre étude française avait d’ailleurs déjà confirmé, il y a quelques années, le rôle aggravant de la prise de benzodiazépines dans la survenue de la maladie d’Alzheimer. Menée par l’INSERM pendant plus de 15 ans chez un millier de personnes âgées de plus de 65 ans, cette étude a clairement établi l’augmentation du risque de survenue de la maladie d’Alzheimer chez celles qui consommaient régulièrement et pendant de nombreuses années ce type de médicaments.

 

 

 

Mots-clefs : , , , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer