Aux Etats-Unis, une personne âgée sur trois meurt « avec » la maladie d’Alzheimer…

Une nouvelle, rapportée par l’AFP, qui ne doit cependant pas alarmer outre mesure les malades d’Alzheimer et leurs proches. Comme l’expliquait le professeur Amouyel, spécialiste d’Alzheimer lors de la conférence d’Universciences en Septembre dernier à Paris:

« On ne meurt pas d’Alzheimer. Ce n’est pas une maladie mortelle. Et il n’y a pas de cause spécifique de décès chez les malades d’Alzheimer. » Ce sont en effet les complications liées à la maladie, et qui peuvent, elles, être dans bien des cas traitées et prévenues, comme les infections pulmonaires, les troubles de l’alimentation et de la déglutition responsables de fausses routes, qui entrainent le décès de la personne.

Ainsi, une prise en charge médicale soutenue et une surveillance accrue permettent de vivre avec Alzheimer, aussi longtemps que possible. Et dans des conditions que la science et le temps ne pourront qu’améliorer…

Aussi, convient-il d’analyser avec prudence les chiffres annoncés par l’association américaine d’Alzheimer. Car au fond, en poussant le raisonnement à l’extrême on pourrait dire également que 100% des gens meurent des suites d’un arrêt cardiaque ! Évidemment, ce qui caractérise le décès d’une personne, c’est lorsque le cœur s’arrête de battre ! Pour autant, cela ne fait pas de chacun de nous des « cardiaques en puissance »…

Bref, on peut vivre avec Alzheimer, et ce serait une bonne chose de le souligner.

« Aujourd’hui il n’y a pas de survivant d’Alzheimer, soit que vous en mourrez ou vous mourrez avec« , déclare Harry Johns, le président de l’Alzheimer’s Association, sur un ton, semble t-il volontairement alarmiste. Il s’agit là de mobiliser à juste titre les pouvoirs publics afin de pouvoir lutter le plus efficacement possible contre la maladie d’Alzheimer, ce qui suppose un budget annuel plus de quatre fois supérieur !

« Nous savons désormais qu’une personne âgée sur trois décède avec Alzheimer ou avec d’autres démences et il est urgent d’agir alors qu’avec le vieillissement de la population, un nombre croissant de personnes risquent d’être victimes de cette dégénérescence cérébrale incurable et sans encore de traitement pour ralentir ou arrêter sa progression » précise le président de l’association américaine d’Alzheimer.

Sixième cause de mortalité aux États-Unis avec 83.494 décès en 2010, soit une augmentation de 39% sur dix ans, selon les dernières statistiques fédérales, l’AAA estime que 450.000 personnes décéderont avec cette maladie en 2013, dont une partie importante directement à cause de cette pathologie chronique.

« Même quand la maladie d’Alzheimer n’est pas la cause directe du décès, elle y contribue dans une large mesure » précisent les auteurs de l’étude. La démence serait devenue la seconde plus importante cause de décès après la défaillance cardiaque.

D’après cette étude américaine: Chez les septuagénaires atteints d’Alzheimer, la probabilité de décéder dans les dix ans est de 61% contre seulement 30% pour ceux ne souffrant pas de cette maladie…

Pour mémoire, la maladie d’Alzheimer concerne 36 millions de personnes à travers le monde dont 5,5 millions d’Américains. Et 860 000 en France. Un chiffre qui pourrait s’élever à 13,8 millions en 2050 aux États-Unis.

Un coût retentissant pour l’Assurance Maladie

Il devrait atteindre 203 milliards de dollars en 2013, dont 142 milliards pour Medicare, l’assurance maladie fédérale pour les retraités, et Medicaid, la couverture pour les plus pauvres, selon une estimation de l’American Alzheimer Association.

« Sans avancée médicale contre la maladie, ce coût devrait augmenter de 500% d’ici 2050 pour atteindre 1.200 milliards de dollars. »

L’urgence reste donc bel et bien d’investir dans la recherche scientifique permettant à terme de combattre et d’enrayer la maladie. Les moyens suggérés par l’association pour y parvenir doivent nécessairement être multipliés par 4,4 pour atteindre les deux milliards de dollars par an.

Dans l’attente, on peut également agir sur la qualité de vie des patients et des aidants, plutôt que de les affoler, et améliorer leur quotidien que ce soit à domicile ou en EHPAD, à travers des activités thérapeutiques capables de ralentir le déclin cognitif…

Mots-clefs : , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer