Alzheimer : Qui sont les aidants naturels ?

Senior woman on wheelchair taking her husband's handEn grande majorité, 8 fois sur 10, ce sont des femmes âgées de 50 à 64 ans, issues de classes moyennes, peu aisées, et n’exerçant pas d’activité professionnelle. Confrontées à la perte progressive d’autonomie de leur père ou de leur mère, parfois de manière brutale avec la survenue de la maladie d’Alzheimer, elles se retrouvent souvent désemparées et tentent néanmoins le maintien à domicile le plus longtemps possible. Ce sont elles qui effectuent la toilette, les courses, les repas…Quand, arrivé à un stade plus critique, le parent nécessite une surveillance de tous les instants, l’entrée en maison de retraite médicalisée ou en EHPAD s’impose comme la meilleure des solutions pour l’ainé d’abord, et pour l’aidant ensuite.

Maison de retraite ou maintien à domicile?

Alors que la politique de maintien à domicile se développe au fil des ans, afin de garantir à ceux qui le souhaitent une prise en charge médicale suffisante, ainsi qu’un panel d’aides tels que le portage de repas, la présence d’une auxiliaire de vie ou d’une aide-ménagère, ce maintien à domicile repose essentiellement sur la solidarité familiale, et en clair sur les épaules déjà très fragilisées de conjoints vieillissants, ou dans le meilleur des cas, d’enfants bienveillants ou renonçant à une grande partie de leurs activités professionnelles et familiales. Cette prise en charge là a un coût, bien que partiellement rémunéré par la collectivité. Lorsqu’il n’y a pas d’aidant à la maison, le prix d’une garde malade de jour comme de nuit, entièrement à la charge de la famille, peut très vite dépasser la facture mensuelle d’une maison de retraite médicalisée. D’autant plus si la situation perdure des années, entraînant également des aménagements au sein du domicile, limitant l’accès à des soins plus performants, ou obligeant à des hospitalisations à répétition, loin d’être totalement gratuites.

« Aider les aidants, c’est un devoir pour notre société »

Disait dejà Jean-Marc Ayrault. En effet, celui ci avait prévu certains aménagements pour leur permettre de concilier vie professionnelle et accompagnement quotidien de leur ainé. Avec par exemple une amélioration du congé de solidarité familiale. Pour 2014, le gouvernement a d’alloué une enveloppe de 100 millions d’euros, issus de la contribution additionnelle de solidarité pour l’autonomie (CASA), aux services d’aides à domicile (30 millions) et à l’adaptation des logements au grand âge. De plus les aidants familiaux des bénéficiaires de l’APA lourdement handicapés ont désormais droit à une « aide au répit » destinée à financer un hébergement temporaire (accueil de jour, court séjour) pour « pouvoir souffler ».

Mots-clefs : , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer