Alzheimer : Quels sont les facteurs de risque ?

????????????????????Attention : Pertes de mémoire ne signifient pas forcément maladie d’Alzheimer.

« J’ai la mémoire qui flanche, je ne me souviens plus très bien… » dit la célèbre chanson. Rien de plus normal, en vieillissant, d’oublier régulièrement où l’on a posé ses clés, voire le prénom de sa dernière petite-fille, quand on a déjà de nombreux petits-enfants, et même un visage sur lequel il nous faut du temps avant de pouvoir mettre un nom.
Cela arrive à tout un chacun, et parfois même avant la soixantaine. D’autres raisons que la maladie d’Alzheimer, peuvent en être à l’origine…Néanmoins, elles doivent être traitées, sans quoi elles pourraient constituer des facteurs de risques de développer plus tard la maladie d’Alzheimer.

En voici quelques unes :

1. Un stress trop important: On ne parvient plus alors à se concentrer sur des choses simples, habitué à faire mille choses à la fois, on oublie une marmite sur le feu, les clés dans la voiture, le portable au magasin, sa carte bleue à la caisse. Inutile pour autant d’aller faire d’urgence un diagnostic Alzheimer, il y a de fortes chances qu’en réduisant tout simplement son rythme de vie effréné, on parvienne naturellement à remettre de l’ordre dans ses idées et ses faits et gestes. Car même à la retraite, nombreux sont ceux qui se plaignent du manque de temps et de la surcharge de « corvées » quotidiennes et bureaucratiques.

2. Une dépression, et l’usage d’antidépresseurs peuvent être à l’origine de troubles de la mémoire. L’usage d’anxiolytiques, de tranquillisants et autres somnifères, sont régulièrement montrés du doigt, comme étant responsables de trous de mémoire, plus ou moins importants. Réduire, là encore, la posologie, en concertation avec son médecin traitant, peut s’avérer tout à fait bénéfique. Par ailleurs, les benzodiazépines seraient effectivement en cause, selon plusieurs études, dans la survenue de la maladie d’Alzheimer. (Lire plus loin).

3. La ménopause entraîne bien souvent des problèmes de concentration, d’irritabilité, de sautes d’humeur, et de mémorisation. Un traitement adapté peut réduire considérablement ces symptômes. Il n’y a en cela rien d’alarmant. Toutefois, un apport en œstrogènes est conseillé car ceux-ci jouent un rôle protecteur et comme ils diminuent fortement à la ménopause, cela expliquerait, en partie, la prévalence de la maladie chez les femmes âgées. Un traitement médicamenteux en œstrogènes permettrait ainsi de prévenir ces risques.

4. L’alcoolisme tout comme l’usage de drogues illicites, ont un terrible impact sur la mémoire et les capacités de concentration. Le recours à de véritables cures de désintoxication est absolument nécessaire et toujours salutaire, quel que soit le degré de dépendance. Seule une consommation modérée de vin rouge peut avoir des effets protecteurs, selon certaines études.

5. Des carences importantes en vitamines, une anémie entraînent des pertes de mémoire et de concentration. Elles peuvent et doivent être comblées.
Les problèmes de santé, tels que l’hypertension, le cholestérol, les traumatismes crâniens, les lésions à la tête, et plus encore un accident vasculaire-cérébral (AVC) favorisent les pertes de mémoire. Chaque cas peut et doit-être traité, au plus vite. Car ce sont là de véritables facteurs de risques de développer la maladie d’Alzheimer
Ainsi, les anti-hypertenseurs, en luttant contre l’hypertension, protègent des risques de survenue de la maladie d’Alzheimer. A contrario, une hypertension non contrôlée vers la quarantaine, le plus souvent sans aucun symptôme, favorise la survenue d’AVC, et en créant des dommages au cerveau, augmente le risque d’Alzheimer.

6. Le cholestérol élevé et non contrôlé, et donc non traité, est également un facteur de risque. Alors que les médicaments réducteurs de cholestérol viennent atténuer ce même risque…Il en va de même pour le diabète, qui doit être constamment surveillé et traité.

7. L’obésité accentue les risques de survenue d’Alzheimer, en même temps qu’elle l’aggrave. Une étude récente vient encore de le confirmer. A titre d’exemple, sont cités la Chine et le Mexique qui connaissent une explosion des problèmes d’obésité et parallèlement une augmentation des cas d’Alzheimer.

8. Les traumatismes crâniens, endommagent le cerveau. On parle même d’une démence des boxeurs.

9. Par ailleurs, on observe que les personnes trisomiques présentent des risques plus élevés de développer la maladie d’Alzheimer vers la soixantaine.

10. Enfin l’aluminium, longtemps décrié, ainsi que les sels d’aluminium présents dans l’eau du robinet, parfois à des taux trop élevés, ne semblent pas constituer de manière certaine des facteurs de risque de développer la maladie d’Alzheimer, en l’état actuel des études.

 

Mots-clefs : , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer