Alzheimer et Parkinson, deux maladies neuro-dégénératives

AlzheimerEn France, plus de 850 000 personnes sont concernées par la maladie d’Alzheimer alors que 90 000 personnes souffrent des symptômes de la maladie de Parkinson. Toutes les deux sont définies comme étant des maladies neurodégénératives liées au vieillissement.

Comme Alzheimer, le Parkinson est une maladie difficile à vivre pour une personne âgée

Avec l’âge, les exercices physiques et intellectuels diminuent, ce qui prive le cerveau d’une activité d’éveil et d’oxygénation, vitale à son fonctionnement. Effectivement, en vieillissant, les neurones ont de plus en plus de difficultés à réagir efficacement aux demandes de l’organisme. Et dans le cas des maladies neurodégénératives comme les maladies d’Alzheimer ou de Parkinson, les neurones sont détruits lentement, et ne sont plus remplacés. La personne âgée voit alors sa qualité de vie changer de façon drastique. Différents deuils sont à faire : le deuil d’un statut social, deuil de ses capacités motrices et langagières, le deuil de ses activités quotidiennes…

La maladie de Parkinson est une pathologie neurodégénérative évolutive

Cela signifie qu’elle s’aggrave au fil du temps. Cette pathologie est principalement caractérisée par des difficultés sur le plan moteur. Les personnes âgées touchées par cette maladie ressentent de la difficulté à initier les mouvements. Cette difficulté se repère surtout dans les mouvements complexes : séquences de mouvements différents ou mouvements réclamant la coordination de plusieurs membres. Des tremblements sont souvent relevés au repos et le corps devient rigide, notamment au niveau du tronc et des membres. Il est douloureux du fait de crampes et connaît des fourmillements. Des troubles du langage apparaissent également : le discours devient monotone, les mots ne sont plus accentués et les personnes parlent tout bas.

Les conséquences psychologiques de la maladie de Parkinson

Cette maladie a également des conséquences au niveau psychologique. En effet, la dépression touche la moitié des malades car la maladie engendre une anxiété permanente, les personnes sont facilement stressées, angoissées et peuvent avoir des crises de panique. Beaucoup de patients souffrent également d’hyperémotivité et parfois, des hallucinations peuvent être provoquées par le traitement. L’important c’est de continuer à bouger et de lutter contre l’immobilisme. Dans le cas d’une personne âgée, un placement en maison de retraite ou EHPAD est nécessaire lorsque le patient peine à se déplacer en raison de la rigidité musculaire ou qu’il fait des chutes.

 

Mots-clefs : , , , , , , , ,

Laisser une réponse

Le blog des maisons de retraite Alzheimer
Le numéro de www.maison-de-retraite-alzheimer.fr
photo de maisons de retraite Alzheimer